Le portefeuille Playmate 2021

Une expérience unique pour découvrir la Bourse tout au long de l’année 2021. Avec ses onze valeurs.

Suivre un portefeuille bâti par un professionnel n’est pas un exercice aisé. Car très vite, vient la question : est-ce un bon ? Aussi, pour éduquer les Français, Marchés Gagnants a fait le choix très différent : celui du hasard… L’idée n’est pas totalement saugrenue. Dans le passé, les équipes du Wall Street Journal avait ainsi démontré que des singes faisait aussi bien que des gérants. A l’origine, ce devait être le portefeuille des singes. Mais Cédric Decoeur, rédacteur en chef de BFM Patrimoine, chargé d’être la main innocente, avait lui le souvenir d’une autre expérience. Un test fait par Playbloy, où des playmates avait affiché d’excellents résultats, l’une d’entre elle ayant choisi Apple car elle mangeait des pommes tous les matins.   Les singes du Wall Street Journal allaient donc laisser leur place aux Playmates de PlayBoy pour l’intitulé de notre portefeuille.

 

Règle du jeu : choisir une valeur par les onze secteurs de la Bourse de Paris, parmi les titres sélectionnés dans les valeurs par Marchés Gagnants pour débuter en Bourse. And the winners are…

 

Action Secteur Variation de cours 2020
ALTEN Technologie -17,64%
ILIAD Télécoms +45,48%
ORPEA Santé -5,91%
CREDIT AGRICOLE Financières -20,15%
KLEPIERRE Immobilières -45,67%
CHRISTIAN DIOR Consommation discrétionnaire -0,48%
BEL Consommation de base +1,28%
SAINT GOBAIN Industrie +2,74%
ERAMET Matéiaux de base -6,37%
CGG Energie -72,02%
VEOLIA ENVIRON. Services aux collectivités -15,61%

 

Soyons francs à priori, ce portefeuille n’est pas très séduisant. Tout du moins si, comme les épargnants le font souvent, on regarde les performances passées. En 2020, il y aurait vu son cours baisser de près de 12 %, contre un recul limité à 7 % pour le CAC 40.

 

Alten, Klépierre Eramet, CGG et Veolia Environnement furent ainsi les pires performances de leur secteur en 2020. Alors que du côté des leaders, seul Iliad se distingue dans le secteur des télécoms.

 

On notera le point positif de la diversification. En dépit de deux titres, très dépréciés sur un an, – 45 % pour Klépierre et -72 % pour CGG, la casse aurait été limitée à 12 %.

 
A lire aussi :

– Hausse de 1,55 % de notre portefeuille en janvier.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *