Air Liquide et les actionnaires individuels : une longue histoire

Ce qu’il faut retenir de l’interview de Patrick Renard, Directeur du Service actionnaires d’Air Liquide.

Sur le peu de convictions des Français sur le financement des entreprises par la Bourse et sur la rentabilité des actions cotées…

 

Situation curieuse et malheureuse : la Bourse a déficit d’image auprès des Français. Situation regrettable aussi parce qu’il s’agit bien d’un mode de financement des entreprises. Air Liquide l’a choisi depuis ses débuts en 1902 : 24 actionnaires ont alors accepté de financer la jeune pousse, introduite en bourse en 1913. Aujourd’hui, Air Liquide a 410 000 actionnaires individuel, soit 32% du capital. Ces actionnaires individuels sont un facteur de stabilité et d’indépendance.

 

Concernant la rentabilité, elle est naturellement dépendante de la rentabilité de l’entreprise. Bon an, mal an, la rentabilité globale du titre s’établit entre 8 et 12% par an sur Air Liquide si l’on tient compte de l’évolution du cours de l’action, des dividendes et des attributions d’actions gratuites régulières. A titre de comparaison, avec un Livret A à 0,75 %, il faut 93 ans pour doubler son capital.

Sur l’avenir de l’hydrogène…

C’est aujourd’hui le produit le plus porteur d’Air Liquide. On connaît la voiture électrique à hydrogène : un plan hydrogène vient d’être annoncé par le ministre Nicolas Hulot. L’hydrogène est un moyen de stocker de l’énergie, une alternative aux batteries et à certains de leurs inconvénients. C’est la possibilité de stocker pendant des mois, voire des années de l’électricité et de la refournir ensuite à travers d’une pile à combustible.

 

Nous nous orientons vers un monde où des énergies propres renouvelables seront produites puis stockées sous forme d’hydrogène, puis retransformées en électricité. Le potentiel est absolument énorme : selon une étude de McKinsey, pour tenir l’objectif de réchauffement climatique limité à 2 degrés en 2050, 20 % de l’objectif de réduction des émissions CO2 peut être réalisé en utilisant l’hydrogène énergie. A la clef, 30 millions d’emplois créés et un chiffre d’affaires hydrogène de 2500 milliards d’euros.

 

Aujourd’hui, le chiffre d’affaires d’Air Liquide se situe aux alentours de 20 milliards d’euros. Si le groupe prenait 1% de ce marché potentiel, il doublerait sa taille. S’il s’adjugeait 10 % de ce marché, il multiplierait par 10 son business.

Sur les bonnes raisons de devenir actionnaire Air Liquide et d’investir sur la valeur ?

D’abord, le sens, l’aventure de cette start-up qui a maintenant 116 ans et continue à innover. Sur l’hydrogène, mais aussi dans la santé autour de la révolution numérique et digitale. Ensuite, la capacité à générer une croissance profitable sur le long terme, les actionnaires sont là pour en témoigner. Enfin, la stabilité, notamment du management.

 

De surcroît, Air Liquide est un produit diversifié – c’est une recommandation en Bourse –

puisqu’Air Liquide est une matière première de toutes les industries – les industries lourdes, mais des petites industries, jusqu’aux plombiers avec les bouteilles d’oxygène que l’on voit passer sur les routes. Sans oublier la diversification du nombre de produits et du nombre d’applications, mais aussi le très grand nombre de clients (3,5 millions) dans 80 pays.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *