2018 : Mauvaise année boursière ?

Si la première séance de l’année donne la tendance, l’année boursière sera mauvaise…

 

Pour savoir quand acheter et quand vendre, et faire des prévisions boursières, les investisseurs aiment se référer à une multitude de constatations et autres dictons. Le plus connu ? « Sell in may and go away ». Vendre en mai et quitter le marché. Autant l’avouer, en 2017, il a plutôt bien fonctionné. A Paris, le CAC 40, reflet de la variation des cours des principales valeurs, a terminé la séance du 5 mai à 5432 points. Il a fini l’année à 5312 points. Bref, un peu en deçà. En 2017, il aurait donc été possible de ne pas sans investi pendant plus de la moitié de l’année sans perdre un centime de rémunération…

 

Analyste indépendant, fondateur de Valquant Expertise, Éric Galiegue a lui sa marotte pour anticiper la tendance. Et il n’y pas besoin de cinq mois pour déterminer le sens du vent ! Son credo ? Regarder la performance boursière du premier jour de l’année. Notre homme a fait un constat étonnant. 16 fois sur 20, le premier jour boursier a donné la tendance. 1998 : la bourse ouvre sur un gain de 1,4 %. Elle finira l’année sur un gain de 31,5 %. 2001 : recul de 2,2 % le premier jour, recul de 22 % sur l’année. Quatre fois, cette vérité sera contredite. En 2010 et 2011, le marché démarre bien, mais finit l’année dans le rouge. En 2015 et 2016, le non-respect de la tendance est moins pénalisant. Début d’année en recul, mais progression des cours malgré tout…

En 2018, l’année a débuté par un recul de la bourse. Si l’on croit que la première séance donne véritablement le la des marchés, ce devrait donc être une année baissière.

 

Le conseil de Marchés Gagnants.

Autant l’avouer, nous pensons que la question « Quand acheter ou quand vendre » est la plus ludique, mais pas la plus pertinente pour investir en Bourse. Elle peut aussi être la plus dangereuse, si l’on est incapable de contrôler son comportement, générant des comportements moutonniers. C’est ainsi que les particuliers se retrouvent à acheter une fois la hausse faite.

 

Nous préférons de loin la question : « Comment d’actions avoir en règle générale ? ». Aux alentours de 25 % semble être la réponse pour la majorité des Français selon la méthodologie de Marchés Gagnants.    

 

A lire aussi :

 

Comment réagir face à la baisse des marchés

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *