Les détenteurs d’assurance vie cambriolés.

 

Après plusieurs mois de palabres, les autorités et les assureurs se sont mis d’accord pour prendre dans la caisse des fonds en euros afin d’assurer le développement des fonds « euro croissance ». Le décret a été publié le… 14 juillet 2016.

A ma droite, le fonds en euros traditionnel. Une garantie apparente en capital. Des rendements élevés au cours des dernières années, même s’ils baissent. Heureusement, les compagnies disposent dans leurs comptes d’importantes plus-values potentielles pour assurer l’avenir. A ma droite, la star du monde des placements financiers, plébiscitée par plus de 15 millions de particuliers et des dizaines de milliards de collecte par an.

 

A ma gauche, le fonds euro-croissance. Une garantie en capital mais seulement au terme prévu, fixé à huit ans minimum. Et encore pas forcément totale ! Une promesse initiale de casser la baraque en terme de performance, vite réduite à néant avec la baisse des taux. Moins de 800 millions d’euros de collecte en 2015. A ma gauche, l’avenir de l’assurance vie aux dires des professionnels. Un tocard répondent clairement les épargnants.

 

Le déséquilibre des forces en présence est si évident que le débat devrait être clos de suite et l’article s’arrêter là. Sauf que les organisateurs – autorités et assureurs – ont décidé qu’il fallait donner sa chance au bras cassé.

Comment bidouiller les choses ?

Sur le fond, l’idée est simple : prendre une partie des plus-values du champion pour les donner au gringalet, histoire de lui fournir un peu de muscle.

 

Un décret publié en toute discrétion le 14 juillet…

Voilà qui enfreint clairement les règlements… D’où la mise en place en catimini d’une consultation publique, à l’automne dernier, pour faire illusion. Manque de chance, sous l’impulsion notable de Marchés Gagnants, plus d’un millier d’épargnants aurait signifié leur indignation à la direction du Trésor. Vite, il y a urgence à remettre la poussière sous le tapis. Et attendre des jours meilleurs sans, surtout, refaire une consultation publique.

 

Le décret autorisant le transfert des plus-values du fonds en euros vers le fonds en euro-croissance – bref le vol des plus-values de Paul pour les donner à Pierre – a été signé le 13 juillet 2016. Et publié au Journal officiel du 14 juillet…. Désormais, les assureurs pourront recourir à cette astuce comptable pour essayer de doper leur fonds euro-croissance. En appauvrissant, au passage les fonds en euros traditionnels.

 

Le conseil de Marchés Gagnants :

Publier un décret autorisant le vol de plus-values latentes sur le placement financier préféré des Français,  un jour de fête nationale… Quelle inélégance ! Arsène Lupin était peut-être un voleur, mais au moins, c‘était un gentleman !

 

Bon à savoir : le décret prévoit que le niveau des plus-values détournables est dépendant des sorties du fonds en euros et de la collecte du fonds euro-croissance. Comme il n’est pas question pour Marchés Gagnants de vous encourager à ne pas récupérer votre argent du fonds en euros si vous en avez besoin – c’était d’ailleurs l’un des principaux argument de vente du produit  –, nous vous invitons à bannir clairement l’euro-croissance de votre patrimoine. Ainsi, vous empêcherez le vol des plus-values   –  sans collecte, il n’y a pas de transfert possible – et vous vous éviterez d’être considéré comme un receleur….

 

A lire :

Fonds en euros, plongeon attendu en 2016

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Les détenteurs d’assurance vie cambriolés. »

  1. Merci Jean François d’exercer chaque jour une vigilance qui protége les intérêts des petits épargnants
    Nous resterons sur notre fond en Euros malgré une rémunération très faible et une suggestion de notre banquier nous incitant à transférer nos avoirs en unité de compte.L’assurance vie reste un véhicule de transmission échappant au notaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *