Krach boursier mondial : bilan à J + 4

Si un krach s’est déroulé lundi dernier, il a apparence été déjoué… Mais les vents resteront forts sur les marchés.

Pour capter l’esprit des auditeurs, téléspectateurs ou lecteurs, rien ne vaut de grossir le trait. Et quand il s’agit de parler de la baisse de la Bourse, comme de la hausse des impôts, le public est généralement très réceptif…

Lundi 24 août, alors que les marchés actions affichent une forte baisse dans la foulée du recul du marché de Shangaï, les journalistes s’en donnaient à coeur joie, n’utilisant à recourir sans vergogne au terme de « krach boursier mondial ». Allons donc ! Malgré tout, l’inquiétude était suffisamment grande pour pousser la rédaction de Marchés Gagnants à se livrer à l’exercice du commentaire ponctuel de marché, exercice peu en adéquation avec notre philosophie d’investissement. Histoire de pousser le service jusqu’au bout, tous les abonnés à notre newsletter recevaient l’information sur leur email dans la soirée…

 

Fidèle au principe qu’il faut laisser le temps au temps, depuis, nous observons. A J +4, le bilan boursier est le suivant à travers le prisme de l’indice CAC 40. Lundi : -5,35 %. Mardi : le rebond de 4,41 %. Mercredi : la rechute avec -1,40 %. Aujourd’hui, jeudi 27 août, le retour à la case départ avec une remontée de 3,49 %.

 

Dans l’état actuel des données, nous ne sommes pas en situation de krach. En revanche, les investisseurs prennent conscience que la hausse en pente régulière, comme au 1er trimestre, sous prétexte de liquidités abondantes, ne peut être durable. Et que les facteurs de risques se renforcent tant au niveau macro-économiques, avec la Chine même si la croissance américaine s’est révélée plus forte que prévue au second trimestre 2015, que sur les politiques monétaires. Les décisions de la Réserve Fédérale américaine, le 17 septembre, sont ainsi attendues avec appréhension.

 

Vu l’environnement pour les épargnants, il n’y a pas de raison d’être absent des marchés. Mais il n’y a pas de raison, non plus d’allouer un poids trop important à cet actifs.

 

A voir ou revoir :

La méthode de Marchés Gagnants ou combien investir en actions

Par Jean-François Filliatre, dirceteur éditorial

Le conseil  de Marchés Gagnants

– Acheter, renforcer ou vendre ? Tout dépend de votre situation personnelle et du poids des actions dans votre patrimoine financier.

  • Si vous étiez correctement investi en début d’année, il n’y a pas de raison de trop bouger.
  • Si vous avez accru sensiblement votre exposition en 2015, il est sain de la réduire. La réaction des marchés à la prochain décision de la Réserve Fédérale est très incertaine et doit être scrutée avec vigilance.
  • Si vous n’aviez pas d’actions, vous pouvez commencer à en acheter, mais de manière très progressive. Pour atteindre les 10 % conseillés à minima dans notre méthode d’investissement, prenez un an !

– Pour les actionnaires en direct, soyez vigilants sur toutes les lignes où la croissance en Chine constituait l’une des principales raisons de votre décision d’investissement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *