Et 1, et 2, et 3 % pour le Livret A ?

Selon nos calculs, la hausse du 1er août devrait être suivie d’une autre en février 2023.

Bis repetita. Pour la seconde fois de l’année, le Gouverneur de la Banque de France s’est assis sur le formalisme réglementaire autour de la fixation du taux du Livret A. Ses services sont en effet censés procéder à des calculs, les 15 janvier et 15 juillet, pour fixer le taux du placement le plus détenu par les Français et en rendre compte au Ministre de l’Economie et des Finances dans les quatre jours. C’est pourtant le 14 juillet 2022, à 20h20, que le Gouverneur a livré ses résultats… Un zèle qui a permis à Bruno Le Maire de s’offrir le service après-vente dans un interview au Parisien dès le 15 juillet au matin (et le 14 au soir sur Internet).

 

Pour la seconde fois, le taux du Livret A a été augmenté cette année. Il était passé de 0,5 % à 1 % en février avec un coup de pouce. Le 1er août prochain, il doublera à nouveau, progressant de 1 % à 2 %, selon la formule de calcul réglementaire. Deux hausses de suite, cela ne s’était pas vu depuis 2010. Alors qu’il s’établissait à 1,25%, le Livret A était passé à 1,75 % en août 2010, 2 % en février 2011 et 2,25 % en août 2021.

Future hausse du Livret A prévue en février 2023

Et un, et deux, et, trois zéro… Les souvenirs de 1998 remontent dans la mémoire collective. Et Marchés Gagnants peut, sans grand risque, l’affirmer : il y aura une troisième hausse consécutive du taux du Livret A, comme au début de des années 2010.

Le peu d’enthousiasme du Gouverneur de la Banque de France à l’égard de l’épargne réglementée rend peu probable une action en novembre prochain. Le grand rendez-vous sera donc pour le 1er février 2023, date incontournable imposée par les textes. Et si la formule n’a pas été changé d’ici là, la Banque de France aura le sentiment d‘avoir tous les éléments contre elle. Car depuis un certain temps déjà, il a été décidé d’introduire des indices de marché dans le calcul, histoire de « normaliser » petit à petit le Livret A par rapport aux autres placements de court terme (Sicav monétaires, comptes à terme…).

L’élément de marché a un nom : l’€ster, le successeur de l’Eonia, l’Euro Overnight Index Average. Un outil de mesure des taux du marché monétaire. L’€ster, on n’en parle jamais lorsque l’on évoque la formule de calcul du Livret A. Et pour cause, sa moyenne mensuelle est stable depuis de longs mois à – 0,58 %. La faute au taux de dépôt négatif mis en place par la Banque Centrale Européenne (BCE) depuis 2014 ! Problème, ça, c’était avant. Car face à une inflation, hier snobée par la BCE mais qui à priori est plus durable que prévu, Christine Lagarde, la patronne de la BCE va relever ces taux. A minima, de 25 points de base lors de sa réunion du 21 juillet, et à priori autant lors de sa rencontre du 8 septembre prochain. En toute logique, l’€ster devrait répercuter ces mouvements. Lorsqu’il faudra faire les comptes en début d’année prochaine, la moyenne semestrielle de l’€ster ne sera donc plus à -0,58%, mais à -0,20 % voire plus.

Tous les indicateurs en forte hausse

Autre volet de la formule de calcul : l’inflation. Et là encore, ça ne rigole pas ! Non, le pic d’inflation n’est pas derrière nous : il est devant. C’est la conviction de l’INSEE. Après que la hausse des prix se soit établie à 5,8 % en juin, l’INSEE prévoit une inflation à « un peu moins de 7 % en septembre, avant de se stabiliser globalement entre 6,5 % et 7 % en fin d’année. » Et l’INSEE parle de l’indice général. Or, le calcul du taux du Livret A repose sur l’indice hors tabac. A l’heure où l’on se cessait d’augmenter les taxes, il était astucieux de prendre l’indice le plus faible. Manque de chance – décidément ! -, depuis quelques temps, l’indice hors tabac progresse plus que l’indice global : + 6, 0 % pour le premier en juin 2022, contre + 5,8 % pour le second.

 

Contribuons un instant à la stratégie nationale d’éducation financière : si le taux du livret A est égal à la moyenne entre la moyenne semestrielle de l’€ster et la moyenne semestrielle de l’inflation hors tabac, à combien doit être la moyenne semestrielle de l’inflation hors tabac pour que le taux du Livret A soit à 3 %, sachant que par hypothèse, la moyenne de l’€ster sera à -0,2 % ?

La bonne réponse est 6,2 %. Bref, un niveau inférieur aux anticipations de l’INSEE. Tout laisse donc à penser qu’après le 1 %, le 2 %, les épargnants reverront du 3 % sur leur livret A. Voire plus… Livrons-nous maintenant à un dernier exercice. Au début de l’année prochaine, la moyenne semestrielle de l’€ster est bien à -0.2 % et la moyenne de l’inflation à 6,4 %. A combien s’établira le taux du Livret A ?

 

6,4 – 0,2 = 6,2. Donc une moyenne de 3,1 %. Ah oui, mais il doit y avoir une histoire d’arrondi ! Car on imagine mal qu’une moyenne puisse tomber exact sur un 1,75 %, comme en 2011. Le piège, bien débusqué, témoigne toutefois d’un besoin de formation de continue. Car la règle de l’arrondi au quart de point le plus proche, pratiquée en 2011, n’existe plus. L’arrondi se fait désormais au dixième le plus proche. Dans notre cas précédent, le Livret A passera donc à 3,1 %. Tout laisse donc à penser que le taux du Livret A sera supérieur à 3 % en février et celui du LEP supérieur à 6 %.

L’inconnue majeure : le respect du droit par le Gouverneur de la France

Dernier élément capital de cette consultation des textes et des astres : il apparait assez clairement que le 15 janvier 2023, date où la Banque de France peut officiellement faire les calculs, est un dimanche. Médiatiquement, ce n’est pas un bon jour pour un ministre. Même si nous n’avons pas pu recouper auprès de l’INSEE, fermé ce jour pour cause de pont, la publication définitive de l’indice de décembre 2022, devrait avoir lieu le 13 janvier à 8h45. L’inconnue sera donc de savoir si l’annonce du franchissement de ce nouveau cap des 3 % aura lieu une troisième fois au mépris des règles fixées par les textes ou si le Gouverneur de la France aura réappris le droit d’ici là.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.