Bourse : augmentez votre perf de 1,7 % minimum par an !

 

A l’heure des taux zéro, une vigilance extrême s’impose sur les frais… Si Marchés Gagnants défend les actions, en direct ou via la gestion collective, force est de constater que certaines solutions sont moins chères que d’autres…

Businessman touching financial analysis graph with key performance indicators on virtual screen.

L’information n’est pas le fait d’un comparateur, susceptible d’être biaisé pour des sombres raisons commerciales… Mais de l’Autorité des Marchés Financiers, le gendarme de la Bourse. Pour investir en actions sur les marchés financiers, deux solutions s’offrent à vous. Comme pour votre diner de ce soir !

 

Soit vous faites vous-même votre cuisine, en investissant des titres en direct, soit vous passez chez le traiteur ou achetez un plat cuisiné au supermarché ! Dans l’univers de placements, vous confiez alors la gestion à un professionnel, le plus souvent en souscrivant une Sicav ou un fonds communs de placement. Vous entrez alors dans le monde de la gestion collective.

0,17 % en direct, 1,92 % via des fonds

Par ici, l’addition ! L’étude annuelle de l’AMF est formelle. Pour gérer en direct, les spécialistes de l’épargne en ligne (Boursorama, Binck, Fortuneo Banque, Bourse Direct, Easy Bourse…) sont trois moins cher que les grandes banques de réseaux. Même en utilisant leur service internet. Et le gendarme de la Bourse de quantifier le prix annuel de la gestion en direct : 0,17 % par an. Un calcul établi sur un portefeuille de 60 000 euros, bâti sur 10 lignes et avec 12 opérations d’achat ou vente par an pour un montant de 5 000 euros. Bref, un profil assez actif selon notre perception ! Car 12 opérations par an, c’est peu ou prou 6 achat et 6 vente. Comparé un portefeuille de 10 titres, conseillé dans la méthode de Marchés Gagnants, cela ne fait pas garder ses titres longtemps… En attendant plus pépère, l’addition vous aurez une addition plus faible…

Pépère, vous l’êtes et rêvez de surcroît d’être peinard. Quid du coût de l’option traiteur ou plat cuisiné ? En moyenne, les Sicav d’actions françaises ont couté 1,92 % en 2015 en frais courants. Economie engendrée en gérant soi-même : 1,7 %. Et ce n’est qu’un minimum ! Car les Sicav sont susceptibles de subir des frais d’entrée et des droits de garde. Sympathique, l’AMF ne les a pas pris en compte. De surcroît, les gérants de fonds réclament aussi des commissions de surperformance. En moyenne 0,31 % en 2015. Ce qui pèse sur la balance.

Les conseils de Marchés Gagnants :

Occulter les frais n’était pas trop grave à l’époque où la rentabilité de l’épargne était élevée. A l’heure des vaches maigres, cela relève de la faute professionnelle.

 

Se focaliser sur les seuls frais est une autre erreur… Pour Marchés Gagnants, ce critère est un élément à prendre en compte parmi d’autres. Et en particulier la capacité de chacun à investir et sa disponibilité.

 

Conclusion : si vous avez moins de 10 000 euros à investir, privilégiez la gestion collective pour des raisons de diversification. Au-delà, et à condition d’avoir une heure à y passer par mois, préférez la gestion directe. Sur la ligne de départ, vous avez déjà 1,7 % minimum d’avance….

 

A lire :

Frais de courtage : baisse en trompe l’œil pour les banques

Les courtiers trois fois moins chers.

La méthode d’investissement de e Marchés Gagnants

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *