Le patrimoine de Bruno Le Maire à loupe

Il prône la diversification des patrimoines et la prise de risque, en particulier sur l’épargne retraite. Mais que fait-il pour son propre compte ?

(C) Fil twitter Bruno Le Maire

Bonne nouvelle : les hommes politiques sont soumis à une réglementation très stricte. Ils doivent publier une déclaration de situation patrimoniale à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. Comme il intervient régulièrement pour dire aux Français les bonnes façons de gérer leur argent, sur l’épargne retraite ou la nécessité de privilégier l’investissement au détriment de l’épargne, Marchés Gagnants a épluché la Déclaration patrimoine 2017 de Bruno Le Maire. Pour l’analyser, un nécessaire résumé du profil de l’individu.

Homme, 51 ans ; marié sous le régime de la communauté réduite aux acquêts.

Question n°1 : Bruno Le Maire est-il riche ?

Début 2018, selon l’Insee, le patrimoine net moyen des ménages, c’est-à-dire après déduction des dettes, s’élevait à 239 900 €. La médiane, elle, est à un niveau bien inférieur : 117 000 €. La médiane, c’est le chiffre qui délimite quand il y a 50 % des gens au-dessus et 50 % au-dessous. L’écart important entre moyenne et médiane révèle de très forts écarts entre les tranches hautes et les tranches basses.

 

D’après sa déclaration de patrimoine, Bruno Le Maire n’a pas de dette. Son patrimoine brut est donc égal à son patrimoine net. Soit 522 000 euros.

 

A vrai dire, comparer à la moyenne générale n’a pas beaucoup de sens. Car un patrimoine se construit avec le temps. L’âge est donc très important. Entre 50 et 60 ans, la moyenne pour le patrimoine net est de l’ordre de 299 700 €. (la médiane est à seulement 171 500 €).

 

Conclusion : d’un point de vue patrimonial, Bruno Le Maire est dans la bonne moyenne. La supérieure !

Question n°2 : le patrimoine de Bruno Le Maire est-il bien diversifié ?

Comme chez tous les Français, le patrimoine du Ministre est marqué par le prisme de l’immobilier. Selon sa déclaration, il détient 16 % de la nue-propriété d’un bien et d’une société civile immobilière, pour environ 60 % du total de son patrimoine.

Une fois exclus la voiture, le mobilier, les lithos, le jugement sur son seul patrimoine financier est plus sévère. Certes, Bruno Le Maire a placé ses économies sur six produits différents. Mais cette quantité est un pur effet de trompe l’œil.

Un, compte courant. Deux : compte d’épargne. Trois : Livret A. Quatre : Livret de Développement durable et solidaire (LDDS). Cinq : LDDS du conjoint. 6 : Plan d’épargne Logement du conjoint.

 

Point à la ligne ! Valeurs mobilières non cotées en bourse : néant. Instruments financiers, c’est à dire actions, sicav, fonds communs de placement : néant. Assurance vie : Néant.

Le conseil de Marchés Gagnants :

  • Au vu de son patrimoine, Bruno Le Maire n’est pas le plus qualifié pour donner des leçons d’épargne aux Français ou pour jouer les conseillers en gestion de patrimoine.

  • Vu le système français où les banquiers jouent un rôle majeur, il n’est pas non plus certain que son conseiller, en l’occurrence, BNP Paribas, mérite un diplôme d’excellence sauf à considérer que le ministre se soit déclaré comme un épargnant, ultra adverse aux risques, qui a peur de tout !

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Le patrimoine de Bruno Le Maire à loupe »

  1. Bonjour,
    en fait, son patrimoine confirme l’adage : »les conseilleurs ne sont pas les payeurs »!

  2. Bonjour,
    Comme toujours, »faites ce que je dis,pas ce que je fais »
    Même pas un petit PEA, bravo pour le soutien aux entreprises. Il me rappelle un autre Ministre de l’Economie qui quand il a quitté la politique pour devenir « entrepreneur »a pris des cours de gestion, M. Montebourg, si je ne dis pas de bêtises!!!!

Répondre à Billemont Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *